CONNEXION

04 décembre 2011

20/11/2011: Marathon de Nice-Cannes

Vincent Rousseau a particpé le 20 Novembre dernier au marathon de Nice-Cannes (Marathon des Alpes-maritimes) qui servait de support au championnat de France.

Vincent termine 14ème de la course en 2h23"02. Régulier sur ses passages au semi-marathons (1h11"15 & 1h11"46), Vincent a pu profiter de conditions favorables (soleil et ambiance.

3ème français, il n'aura pourtant pas la médaille...mais un grand honneur de porter le maillot des Etoiles!


Firenze e bella !! (le marathon de Yves)

img277.jpg 

Sur la lancée du marathon de Paris, au mois de Mai-Juin, j’avais des ailes, je courrais bien. Vu qu’il me reste plus beaucoup d’année à courir, cela m’a incité à en remettre une deuxième couche pour espérer un jour atteindre le Graal des 3h. Il fallait un parcours relativement plat, Florence fut mon choix, les racines avaient parlées, en juillet j’étais inscrit. Mais vacances passées, la forme de juin était luin... Nous devions partir à 1000, mais il n’en resta qu’un, et dès septembre attaquer seul la prépa.  J’ai bien essayé de m’intégrer aux coureurs de Nice-Cannes, mais niveau et programme décalés ... Seul, les repères de forme sont difficiles, pas de groupe pour vous titiller et surtout pour vous éviter de vous écouter. Alors parfois, avec remords par dépit  j’ai écourté quelques séances, et par punition-compensation fait le tour de Paris par les Maréchaux.

Arrivé le vendredi, temps de printemps !! , Tout de suite, ambiance de vacances, les touristes avalaient des glaces !! le ciel sans nuage et le charme des italiennes complétaient se ressenti. Visite de cette magnifique ville, et ce jusqu’au samedi soir au point d’en oublier de courir le marathon…mentalement, complètement sorti de l’objectif.

img278.jpg 
Le dimanche matin, tellement pas concentré, que j’arrivais devant le sas sans la boisson que j’avais préparée ! hop, aller-retour hotel !! Merde !! mes gels !!  hop, 2ème aller-retour !! Mon hôtel situé à 300m du départ et à 50m du semi, m’évita une belle désillusion !!  La musique, les gens, l’ambiance me reconcentrèrent sur l’évènement. Objectif 3h05-3h07, et sachant que je perds 6’ en général entre le 1er et 2ème semi, un passage en 1h30 est nécessaire. La réputation de l’organisation italienne fit que l’on parti à 9h15. Bien placé au départ, restait plus qu’à tout donner !! 

Cela faisait 5 jours que je n’avais pas couru, peur d’être rouillé, lourd, mais les premières sensations furent bonnes. Passage au 5km en 21’ !  Firenze, il y a quelques tunnels, mais beaucoup plus accentués que ceux de Paris, donc descente rapide mais montée raide. Toujours dans ma lancée, le 10 en 42’26, les ballons jaunes de 3h derrière moi jusqu’au 15ème kilo. Au 15ème, chai pas si c’est la boisson du ravito, mais…v'la le p’tit coup de bambou !!  douleurs (déjà..) aux cuisses, dépassais plus personne, bien au contraire, et je n’arrivais même pas à m’accrocher aux différents groupes.. là c’est le début de la gambèrge..et si je m’arrêtais..L’hôtel à 50m du semi…

Après avoir traversé l’Arno, passage au semi en 1h31’24…si je rajoute 6’…ça fait du 3h08 !! T’es toujours dans le coup Yves !! ARRETE de gamberger et vas y !! Et c’est reparti !! Retrouver la volonté c’est bien, mais retrouver les jambes aurait été meilleur.. Le rythme, petit à petit diminuait.. j’arrivais parfois à me relancer, à accrocher un coureur, mais sur 2/3 km, puis après rechute, et relance, et rechute.

Sur un marathon de 7000 – 8000 personnes, tu peux te retrouver seul à courir, le groupe devant à 100m, celui que tu n’as pas réussi à tenir.. personne derrière..le long des voies de chemin de fer.., allez Yves, reste plus que 10kms.. au 35ème passage au dessus des voies de chemin de fer, j’ai cru que c’était la cote d’Issy les Moulineaux !!  pas aussi longue bien sur…, ça montre l’état de fatigue, les jambes en bois...2h35’45’’ au 35ème, c’est le temps de passage pour 3h06 !! allez, allez..oui, mais si tu cours en 4’25’’…c’est plus le cas…  Avec la fin du marathon, dans la vieille ville l’ambiance, les cris, la musique, les encouragements reviennent !! mais attention !! vieille ville dit vieilles rues avec des pavés et quelques trous…rues pas restaurées depuis Michelangelo !!  

Dans une des petites rues, une petite bonne sœur agée encourageait les coureurs, et j’ai cru qu’en lui adressant un sourire le bon Dieu allait m’aider à atteindre mon objectif !! 
bah non…3h10’50’’… 400m de retard… j’aurais bien pris un Velib pour rentrer …

img279.jpg


10 décembre 2011

04/12/2011 L'aventure pour deux Etoiles sur la SaintéLyon

img272.jpg

Deux étoiles du 8eme, parmi les 11 600 coureurs, s’alignaient sur la SaintéLyon 2011. Un périple nocturne de plus de 68km à travers les monts du lyonnais !

Préambule :

Adrien : Prendre le départ d’une telle course sans avoir de préparation spécifique, ni vraiment savoir ou je mettais les pieds, n’était pas une mince affaire mais bon, en regardant les photos, les vidéos et les témoignages des finishers des années précédentes je voulais absolument vivre une telle expérience, d’autant plus que Romain sera également de la fête alors on ne pense à rien et on profite à fond du voyage !!

Romain : Après l’épisode de 2010, sous la neige… que pouvait bien t-il me motiver à refaire une nouvelle STL ? Adrien avec qui nous avions déjà comme objectif commun, le marathon de Berlin, me dit : il faut que tu fasses la STL en 2011! Du coup, ne voulant pas répondre non et connaissant déjà un peu le challenge, je décide de retourner sur cette fin d’année affronter le bitume et les chemins lyonnais.

Ma troisième participation est alors lancée… je suis quelqu’un qui réfléchi beaucoup voire trop « a en énerver même mon coach par moment » mais étant d’un caractère assez réfléchi, rien ne se projette au hasard, dans ma petite tête de runner. Je ne viendrai pas sur cette STL en spectateur et pourtant le débriefe me montrera que je n’ai pas été si sérieux que cela dans ma préparation.

L’avant course:

Adrien : Samedi 20h, nous arrivons au parc des expositions de Saint-Étienne, la tension monte, les visages à 4 heures de la course sont déjà fermés tout le monde est très concentré, nous rencontrons de nombreux visages connus, les coureurs parisiens étaient venus en nombre pour participer à la fête !

Très vite le moment est venu de rejoindre le chaudron de Geoffroy Guichard pour commencer la course. Le temps n'est pas trop clément, pourvu qu'il ne pleuve pas pendant toute la nuit, tant pis, si c'est le cas, on fera avec.

Romain: Cela commence mal pour moi car quand je pars de chez moi pour rejoindre La Defense, pas de bus du coup un peu de marche pour changer, direction Gare de Lyon, TGV ou les trailers se repèrent facilement. Entre temps, au programme je rejoins Adrien chez ces parents et quel accueil ! Comme si j’étais de la famille.

20h, l’objectif se rapproche, passage aux dossards, quelques photos, un point Facebook, et on éteint tout ! Je rentre dans ma bulle, Adrien l’a bien compris et me laisse en discutant avec Stéphane qui sera pour le début de course notre compagnon de route.

img273.jpg

Le départ et les premiers kilomètres (jusqu’au premier Ravitaillement de St-Christo)

Adrien : Voilà c’est parti !! Les premiers mètres et même les premiers kilomètres sont rapides, Romain et Stéphane à côté de moi sont tous les deux très concentrés, Quant à moi, je profite de l'instant présent et je me fais plaisir !

En sortant de Saint-Étienne, La première montée est en vue, les frontales des coureurs s'allument presque en même temps, il n'y a plus un seul bruit dans le peloton... on avance dans les terrains boueux, complément détrempés avec une allure rapide, je suis toujours dans la foulée de mes deux acolytes, tout va bien.

Le ravitaillement de Saint-Christo se profile, il est temps de manger un peu et de charger le Camelbag pour la suite. Malheureusement pour moi, je perds Romain dans la bagarre, je ne le reverrai qu'à Lyon... (moi qui n'aime pas trop courir seul, je vais être servi ! ), c'est à ce moment précis que la pluie cesse, le moral remonte, on continue !

Romain : Minuit, le départ est lancé, nous sommes plutôt pas mal placé sur la ligne, le but étant de ne pas perdre Stéphane et Adrien, je me retourne souvent, non pas que je vais plus vite qu’eux mais pour rester avec eux ! Nous tournons à 11, 12 voire 13 km/h de moyenne. Pluie + bitume pour le moment, les jambes ne sont pas au top mais il y a pire. Avec la masse de coureurs au début je suis en mode économie, je garde le souvenir de ce parcours et sais que tant que la première montée sur terre ne se profile pas, la course n’est pas lancée.

Pour le moment, pas mal de monde de toute manière il faudra s’y habituer jusqu’au second ravitaillement. Saint-christo, je suis avec Adri, cool, Stéphane peine et lâche prise mais le connaissant je sais qu’il doit savoir ce qu’il fait. Je comprendrai plus tard que ce n’était pas sa nuit ! Abandon pour lui mais je suis sur qu’il reviendra en 2012 encore plus fort ! C’est un mec top et au passage un ultraman comme j’en connais peu ;-)

Ravito pris, Adrien me demande de l’attendre car il doit recharger son eau… du coup j’en profite pour faire une pause et Stéphane m’appelle, je me dis qu’Adrien doit être avec, alors je repars.

Stéphane rejoins mais pas d’Adrien… arf j’espère qu’il ne m’en voudra pas mais la je comprends que la STL 2011 se terminera sans lui.

 La suite de la course : De Moreau jusqu'à Soucieu (45eme kilomètre) :

Adrien : On ne m'avait pas menti, le balai des lampes frontales est magique, il n'y a pas un bruit autour de moi, les coureurs sont tous hyper-concentrés pour progresser méthodiquement dans les nombreux passages boueux. L'ambiance est formidable, très différente de ce que je connaissais jusqu'ici, j'adore !

Au point culminant (Moreau (km20 et 865m d'altitude), la vue sur les lumières lyonnaises est magnifique, mais je n'ai pas vraiment le temps de profiter du paysage, il faut vite se relancer, le chemin est encore long. La SaintéLyon est composée de 50% de route et 50% de "chemins" à la place de chemins je préfère "glaises" tellement les pas sont difficiles, il faut faire aussi très attention à ne pas se prendre une immense flaque d'eau dans les pieds. Malgré ce terrain plutôt difficile j'avance en restant dans la roue du coureur devant moi, le silence est plus que jamais présent, tout le monde est dans sa bulle.

Romain : Second ravitaillement, je ne traine pas, prends de quoi manger et repars en marchant car je sais déjà ce qu’il y a ensuite … des côtes ! Alors bien le temps de reposer le rythme et de prendre les fameux gâteaux au chocolat que j’avais tant apprécié en 2010. Ma course est partie, j’augmente la cadence sans trop m’enflammer, mon ventre commence cependant à faire des siennes et je dois m’arrêter (4 à 5 arrêts sur la course). C’est un véritable problème chez moi que je vais devoir soigner pour 2012 et l’objectif de New York.

Pour en revenir à ma course, je l’analyse différemment que mon ami Adrien mais je reste cependant toujours sous le charme des ballets de lumières. Cependant une image me revient ce panneau : arrivée: et oui Romain encore un Berlin à te faire !

img274.jpg


De Soucieu jusqu'à Sainte Foy ( Du 45 au 58eme kilometre) :

Adrien : Au 42ème kilomètre, ça va encore, je tiens toujours le choc, c'est maintenant que commence l'inconnu, c'est également ici que les galères arrivent, comme si mon corps me disait: "on arrête les frais, à partir d'ici je ne connais pas, je ne veux plus continuer". J'essaie de ne pas trop penser aux 26 prochains kilomètres et surtout de rester concentr sur les kilomètres qui me séparent du prochain ravitaillement (sur la Saintélyon on ne compte pas en kilomètre mais plutôt en ravitaillement).

Une fois à Soucieu, il fait presque jour, je galère énormément, ça tire de partout, je vois au loin encore une grosse montée, parfait, je vais pouvoir marcher un peu !

Au ravitaillement je sors mon portable et me remotive en regardant tous vos messages d'encouragement (pendant quelques instants je n'ai plus mal aux jambes), ce moment d'euphorie retombe très vite et j'ai de nouveau mal aux jambes en sortant de la tente !

Romain : Ensuite ma course se base sur des images de mes deux anciennes participations ; en quelque sorte une certaine expérience s’acquière. Je reste sur mon tempo de 11Km/h à la Garmin et même si je suis seul, je passe plus de coureurs que je ne me fais doubler donc c'est rassurant. Étrange car même les relais ne me suivent pas… une comète orange se rapproche de Lyon les amis. Trêve de plaisanterie, je fais moins le malin avec toute cette boue et mon bidon qui me travaille dans tous les sens !

De Sainte Foy les lyon jusqu'à l’arrivée à Gerland :

Adrien : Vers Sainte Foy il fait vraiment jour, j'en ai plein les bottes au sens propre comme au figuré, mais je n’abandonne pas, j'appelle mes parents qui sont étonnés de me savoir encore en course (à un précédent check-point ma puce n'avait pas marché et mes temps intermédiaires ne s'affichaient plus) je leur dis qu'il me reste 10kms et que je devrais être à Lyon dans une heure environ ... quelle erreur de jugement, il me faudra en fait une heure trente pour rejoindre l’arrivée.

J'alterne entre marche rapide et très lente, depuis longtemps je ne peux plus courir, mais j'avance, c'est le principal! Enfin je vois Gerland, mes parents sont la pour m’encourager et me motiver sur les derniers mètres que je dévore à 20km/h (enfin dans ma tête, en vrai je suis à 7km/h et c'est déjà rapide pour moi). Ça y'est c'est fini, je peux enfin me dire que je suis finisher de la Saintelyon !! Quel bonheur !!

img275.jpg

Romain : Dernier ravitaillement, la première année que j’ai fait la STL, j’avais dit à voie haute « mais tu es vraiment dingue mon garçon » ; un monsieur m’avait alors répondu mais non allez plus que 10Km.

6h50 plus ou moins, là je me dis c’est dans la poche ton objectif se rapproche mais non -7h impossible, je
 pense au 7h15. Après le dernier ravitaillement un mur de chez mur comme toutes les années se profile, tout le monde marche (même les premiers ?). Et là ma course bascule, cela devrait être un bis repetita de 2010, à savoir finir fort (car la neige m’avait permis de rester en sous réserve toute la course) et non mon ventre me tort de douleur. Ma sangle abdominale ne répond plus, je n’avance plus. Marche au programme, mais mon orgueil ne me fait pas céder à l’effort, je reprends la course sauf que la garmin n’affiche plus qu’un 8 ou 9 Km/h. Lyon se profile et il fait toujours nuit ! Mon temps de 2008 ne sera pas battu.

La fin de course n’aura pas été de mon goût, car je pensais vraiment faire la différence sur les dix derniers. La ligne franchie, je suis épuisé, une corde de plus à mon arc. Je suis heureux et fier de pouvoir réaliser une nouvelle fois cette STL en passant pas loin d’un exploit personnel.

img276.jpg

                                                           Conclusion de ce superbe périple :

Adrien :  Merci à tous pour vos messages d'encouragement et votre soutien, c’était une aide précieuse ! Rendez vous en 2013 pour la 60ème édition, Cette fois ci, je ferais tout pour rejoindre Lyon avant la fin de la nuit (c'est une sorte de Graal, un peu comme terminer un marathon en 3h...). J’espère que de nombreuses étoiles tenteront l'aventure !

Romain : Une année 2011, forte en record personnel, forte en rencontres, d’objectifs et de différents partages ! Je remercie vraiment tous ceux qui me supportent sur Facebook avec mes pseudos et mes diverses remarques qui peuvent sans doute saouler par moment. Je ne vis pas que pour la course à pied, mais elle me tient à cœur. Je reviendrai pour une nouvelle STL en 2013, car je n’aurai que comme objectif NY en 2012. En 2013, se sera ma 4e, mais cette fois une préparation plus sérieuse sera obligatoire et un moins de 7h au programme.

Un grand Bravo à Gaétan qui fait une course de folie 342e en 7h13 ! Au plaisir de te revoir parfois sur la piste de Faber lors de tes prochains passages parisiens.

                                           Le résultat des Etoiles

                                        Romain: 466e en 7h29 / Adrien : 1899e en 9H15

 


12 décembre 2011

27/11/2011 Un gars, huit filles à Andrésy

Dans les vestiaires du stade Paul Faber, le vendredi avant la course, on entendait «C'est où Andrésy ?»

Effectivement, il faut y arriver, à Andrésy. Certaines ont pris le train, d'autres la voiture, pour se rendre compte que les GPS ne connaissent pas trop un nouveau carrefour entre deux autoroutes (et tiennent à me conduire dans ma Normandie natale). Arrivés sur place, on découvre une jolie petite ville en bord de Seine, avec rues pavées, belles maisons, petites berges, super ambiance et "la surprise du 9ème km". Le temps est plutôt clément, ce qui apparemment n'est pas une habitude à Andrésy ; j'avais fait le 13,5 km en 2010, sous la neige et par températures négatives

img268.jpg 
                         
  
Nous étions 9 Etoiles à avoir rejoint les Yvelines ce dimanche matin, pour trois courses.
A 9h15 (soit 15 minutes après être arrivées sur place et 10 minutes après avoir récupéré mon dossard, le GPS, tout ça.) le départ du semi-marathon est donné, Nathalie et Anne-Françoise prennent également le départ. Il n'y a pas trop de monde sur les « 20 bornes d'Andrésy » et je prends rapidement mon rythme. Malgré les trois boucles (une de 6 km et deux de 7,5 km), le parcours est chouette, on passe à travers des petites rues, le long de la Seine... Au 6ème km, après le premier ravitaillement, on longe la zone de départ et là, 5 Etoiles prêtes à prendre le départ du 13,5 nous encouragent.

La deuxième boucle commence : le même itinéraire puis on bifurque à l'est, direction la surprise du 9ème km : elle se nomme Avenue de Verdun sur le plan de la ville mais dans le peloton, on entend parler de la « côte de Verdun ». Et pour cause, apparemment pas loin de 20 % (mais ma mémoire la voyait nettement moins pentue). Un groupe de percu du coin et les spectateurs sont là pour nous aider à grimper. Une fois en haut, on sait qu'on ne peut que redescendre. Mais la traversée sur le plateau, avec le vent froid de face (oups, je ne suis pas assez couverte, je vais le payer plus tard. ce qui n'a pas manqué !), est moins sympa. Hâte de redescendre dans le village et sur les berges, pour enchainer sur une nouvelle boucle. A ce moment, Franck, qui prendra plus tard le départ du 5,8 km me conseille de « m'accrocher » à un groupe d'hommes devant. Merci du conseil ! Je m'accroche pendant quelques kilomètres, ils m'aident bien, il y a quelque chose qui n'est pas passé et j'ai mal à l'estomac. Je les laisse au milieu de la Côte de Verdun (c'est pas possible, c'est des gars de la montagne, ils accélèrent dans la montée. ah non, c'est moi qui ralentis, un peu trop même).

Après cette deuxième grimpette, reste du plat et de la descente, il y a un peu plus de monde sur le bord de la route, les jambes vont bien (ça compense l'estomac qui est de pire en pire) et la fin du parcours vraiment chouette. Je passe l'arrivée, un peu déçue mais j'aurais appris trois choses : mon GPS n'est décidément pas fiable, je dois me couvrir plus par temps froid puisque mon estomac n'aime ni l'eau froide ni le vent froid, et surtout après trois mois aux Etoiles j'ai déjà bien progressé et largement profité des entrainements (Merci Olivier) des conseils et encouragements.

img269.jpg

Je retrouve Nathalie, qui finit très bien son semi et Anne-Françoise ; nous nous plaçons près de l'arrivée afin de voir les 5 étoiles qui avaient pris le départ du 13,5 km. Cette course recouvrait la petite boucle et la grande boucle, dont la fameuse Côte de Verdun. Marie-Aude, Isabelle, Fatima, Muriel et Cathy ont toutes passé superbement la ligne d'arrivée, dans une belle accélération, sous le soleil qui commençait à pointer, et entourées de spectateurs enthousiastes ! A les entendre, elles ont apprécié la course, l'ambiance, le fait qu'il n'y ait pas trop de coureurs, la distance atypique, le parcours sympa dans la vieille ville et sur les bords de Seine (et la Côte de Verdun aussi, non ?).
Franck, le seul homme des étoiles à Andrésy, a pris le départ du 5,8 km. Il finit, très vite, en 21'28. Je le retrouve à l'arrivée.
Avant de reprendre la route du retour, les filles sortent de leurs sacs cidre et biscuits pour fêter l'anniversaire de Nathalie ! Super idée et bravo à Nathalie qui s'offre un semi pour son anniversaire !!Blandine

                            

img270.jpg

                             Pour l'anniversaire de Nathalie, la dure côte d'Andresy

 

Fatima : En complément du bel article de notre Blandine, et à la lecture de celui-ci, je m’aperçois qu’elle ne s’était pas penchée outre mesure sur cette pente (de 19 % parait-il) qui mérite que je m’y penche sérieusement.

J’ai entendu dire qu’il y avait une pente, sans plus, évidemment naïve comme je suis, si on me précise pas la nature de cette pente je ne pouvais pas deviner. De plus, pour éviter de me décourager je ne me renseigne jamais sur les parcours, car pour moi, je préfère laisser place à la surprise.

De toute évidence, lorsque j’aperçois cette pente, deux questions se pose dans ma tête 

Soit je me suis plantée de parcours, soit je rêve !

Et de suite je réalise que non seulement je ne me suis pas trompée de parcours, puisque je vois autour de moi les visages marqués par la douleur, mais en plus je ne rêvais pas puisque j’attaquais avec douleur et souffrance.

Rien n’y fais, même pas la musique de nos amis africains, ni même les encouragements des gens, je m'oblige à marcher à la moitié tout de même de cette pente qui devrait juste pas exister.

Par ailleurs, je précise que même en marchant elle était difficile à terminer et malheureusement je n’avais pas le choix, puisque je ne sais pas encore voler.

J’arrive donc au haut de la pente, en manque de souffle, et je ne pouvais pas m'empêcher juste de me tourner, et là j’aperçois ces coureurs entrain de souffrir même en marchant, en même temps elle me donne le vertige, j‘en profite vite pour reprendre la course.

Arrive le ravito, contente de boire un peu d’eau, et je continue ! les quatre derniers kilomètres ont été atrocement durs, même si le paysage était magnifique sous ce soleil qui brillait en même temps .Digne d'une ETOILE, je ne devais pas arrêter, car c’était ma première course avec les Etoiles. Je garde mon mental d’acier et j’arrive donc à l’arrivée avec comme temps: 1h21

J’étais très satisfaite de mon temps, mon objectif était de la finir et par ailleurs, j’ai repris la course à pied que depuis septembre et donc un grand merci à Olivier, tes fractionnés du mardi et vendredi ont eu du résultats.

A part, cette pente, que j’ai vite oublié, Andresy reste une ville chouette, et qui a organisé une course très sympa.

Enfin, avant de reprendre la route, nous fêtons l’anniversaire de Nathalie qui au lieu de le fêter simplement, elle s’est offert ces 20 km et donc 2 fois la côte!!!  Fatima

img271.jpg

 


17 décembre 2011

11/12/2011 ISSY...LES ETOILES !

                                                   ISSY LES ETOILES !!!

img261.jpg



Comme l'an dernier, avec les enfants c'est presque 60 Etoiles qui participaient à la Corrida d'Issy les Moulineaux.. C'est devenu en quelque sorte,depuis 3 ans, le championnat des Etoiles ! Pour beaucoup c'est un objectif et c'est déjà la dernière course de 2011avant la coupure des fêtes de fin d'année. La fête justement c'est le mot qui justifie le mieux cette épreuve, « malgré qu'elle soit de haut niveau, » il y règne une ambiance très conviviale surtout grace a cette idée originale de la course des Pêres Noël et des déguisements divers (ou d'hiver!). D'ailleurs nous avions aussi dans cette joyeuse course : Muriel en blonde, Isabelle en cheveux oranges,et des Pères Noël qui étaient venus sans cadeau..Olivier ,Cyril et Benoit  (Désolé si j'en ai oublié, mais avec une barbe et des tenues, on ne vous reconnaît plus !)

img262.jpg

Avant la course des déguisés,il y avait la 1ere course de 6,4km, à l'arrivée une belle première place en V1 femme de Sabrina en 25'08 et la 1ere place également en V1 Homme pour Yves Duval en 21'30 (21e au scratch). Dans cette course participaient aussi Jeff qui termine en 22'24 et Patrick en 24'27

img263.jpg img264.jpg

La course la plus attendue est la dernière qui regroupe maintenant hommes et femmes de toutes les catégories (plus de 2400 arrivants cette année). Nous avions beaucoup d'Etoiles dans cette course (38 sauf erreur) le changement pour cette édition 2011 concernait cette «célebre » cote qui cette année arrivait plus tot dans le parcours, elle était toujours a passer 2 fois mais cette fois ci dans les 5 premiers kilomètres! En tant que spectateur, pour cause de blessure, c'est là que je m'étais placé pour encourager les Etoiles et prendre des photos (comme beaucoup d'autres d'ailleurs !)

 Après le groupe de têtes, j'ai vu passer les poursuivants parmi lesquels il y avait Benjamin et notre coach Olivier..Du coté des femmes, Marie Amélie passait en 2 e (derrière une espoir) et elle semblait etre bien partie pour gagner en sénior femme, a l'arrivée elle finira effectivement 2e mais 1ere SF en 37'29, bravo Melie pour ce superbe retour en forme ! Chez les gars,Benjamin temine 15e au scratch (et 1er des Etoiles) en 33'22, sur ce parcours c'est un excellent temps, ensuite Said en 35'19 et J.Christophe en 35'27 termine respectivement 5e et 7e V1 ..

img265.jpg img266.jpg

Bravo à toutes les Etoiles qui ont couru cette classique d'Issy les Moulineaux..certains ont même battus leur record personnel sur ce parcours qui n'est pas spécialement roulant.

Je me suis levé tot, ce dimanche matin ou je ne courais pas, mais je n'ai vraiment pas regretté, car même si mentalement c'etait dur d'etre là sans pouvoir courir, j'ai passé un très bon moment !              je n'ai pas usé mes jambes, cette fois ci, mais casser un peu ma voix pour encourager cette marée orange.. et je n'étais pas le seul !! les Etoiles avaient beaucoup de supporters dimanche (parce que vous le valez bien..)  Dominic

                                        img267.jpg
                         
A voir également l'album de 170 photos, je crois que toutes les Etoiles ont été prises au moins une fois.. Nous avions une équipe de photographes de choc pour ce championnat des Etoiles:-) donc si vous n'êtes pas dans l'album c'est peut être un oubli de ma part dans la selection des photos, dans ce cas désolé mais n'hésitez pas à m'en parler car il y a d'autres photos que je pourrai encore rajouter par la suite.

 Et pour finir le lien pour aller vérifier vos classements : 

http://www.corrida-noel-issy.com/resultats2011#  

Dominic



23 décembre 2011

18/12/2011 Corrida de Houilles

La corrida de Houilles avait lieu cette année le 18/12 , un changement dans la date car cette course est traditionnellement courue entre Noël et le jour de l'an, il y a même des années où elle s'est courue le 1er janvier, je m'en souviens j'y étais dans les années 90 et après les bulles de champagne ça faisait tout drole !

Nous avions quelques Etoiles sur cette course, Aprés Issy le week end dernier, pour la plupart c était la 2e corrida en une semaine..

Cet enchainement à en tout cas bien réussi a Jean Christophe qui a réalisé 34'15 tout proche maintenant du palier des 34' ce qui sera à mon avis franchi début 2012 !

img247.jpg 
Et celui qui est derriere n'est autre que Dominique Chauvelier !

Yves Duval qui confirme son niveau en moins de 36', inépuisable après sa belle série de podium V1 à Nanterre, Garches et Issy les Moulineaux (sur le 6,4km), il termine 17e V1 en 35'59

Jeff toujours en forme termine en 36'44 (je vais avoir du travail pour rejoindre tout ce beau monde !)

Fahrid nouveau V2 termine 10e en 37'04 dans sa catégorie le niveau est impressionnant ! Huit V2 finissent en moins de 37' !

img248.jpg 

Olivier Le Bescond après avoir battu son RP la semaine précédente à Issy (37'51) boucle les 10km en 38'36 ensuite  Patrick termine en 39'52, Francesco et Mario qui avaient également couru le 10km à Issy franchissent la ligne respectivement en 40'40 et 45'16

Bravo aux Etoiles et bravo également à Vincianne qui réalise un excellent temps en 36'37 (13e femme)

C'était certainement la dernière course de 2011 pour nos Etoiles, maintenant place aux fêtes et retrouvons nous  en 2012 pour de nouvelles aventures !  

Dominic