CONNEXION

 


01 décembre 2012

25/11/2012 Et 1 et 2 et 3 et 4 podiums !!

8 et 16 km de Garches 

Cette course très sympathique de la banlieue ouest de Paris (tout près du Parc de St Cloud) n'est pas facile en raisons des quelques cotes et faux plats qu'elle comporte, et deux fois plus de difficultés pour ceux qui courent le 16km :-)

En récompense de cet effort accompli, les coureurs sont gatés à l'arrivée, outre la rose offerte aux coureuses:-) un petit déjeuner est proposé avec sandwich, boissons chaudes etc...et récuperation dans le gymnase pour la remise des coupes.

Coté résultats, justement,  les Etoiles ont brillées avec 2 podiums pour les filles, Réjane sur le 8km et Sophie sur le 16km et une belle place de 5e pour Nicolas sur le 16km. Bravo aux 7 Etoiles qui ont affronté cette difficile épreuve

img425.jpg


Les Boucles du 17e  

 

Sur cette course, on peut presque dire que l'on jouait à domicile, notre stade d'entrainement, Paul Faber étant situé dans le 17e ! Quelques Etoiles y étaient

 

Sabrina a décroché la 1ere place en V1F 

img426.jpg

Cross de Chaville

Avec l'hiver qui approche, la saison des cross recommence! Ce week end, il y avait celui de Chaville ou une Etoile sous le maillot de l'US Malakoff, Benjamin a gagné en 32'18 ! 

                                                  Et encore un podium ! Bravo Benjamin

img427.jpg

 

Les Courses d'Andrésy (78)

 

3 distances: Semi marathon, 13,5 et 5,8km.

 

Le parcours longe en partie la Seine mais est également très selectif, avec une cote très dure. Comme à Garches, l'ambiance est très sympathique et il y a un copieux petit déjeuner à l'arrivée !    

 

Franck à couru le 13, 5km et moi le 5,8km,les 2 départs ayant lieu à 15minutes d'écart, j'ai pu une fois la ligne franchie en 23'12 sur le 5,8, encourager Franck sur ses derniers kilometres qui terminera en 55'05

 

Pas de podium, mais un réel plaisir d'avoir profité de cette belle matinée ensoleillé sur cette agréable parcours                                                         

 

 

Et la Rochelle 

 

Cette belle journée étoilée a été aussi marquée par les superbes performances de Coralie et de Gaétan au Marathon de la Rochelle. Nos deux Etoiles ont explosé leur records sur cette distance mythique, Coralie en 3H07'23 (RP) et Gaétan en 2h56'44 (RP) 

img419.jpg

img423.jpg


A suivre.. des articles de nos 2 Etoiles à la Rochelle, bientôt sur vos écrans !!!

Dominic

 

 


04 décembre 2012

25/11/2012 Marathon de la Rochelle, 2 Etoiles et 2 records !

Un Immense bravo à nos 2 Etoiles : Coralie qui termine son marathon avec un record personnel et le record féminin des Etoiles du 8 en 3h07'23 etRP également pour Gaétan en 2h56'44 et un coureur des Etoiles de plus qui passe la barrière mythique des 3h !

Et voici leurs passionnants récits :

img418.jpg


Coralie : Je suis arrivée sur La Rochelle la veille du marathon où un vent fort avec des rafales à 120 km/heure balayait la ville. On m’avait prévenu de l’inconvénient de La Rochelle : une météo particulièrement imprévisible avec une bonne partie du parcours en bord de mer, où il y a souvent du vent.

Le lendemain, jour du marathon, le temps s’était calmé, un vrai miracle! J’ai alors pensé à un ami coureur de New York, Gary Wand, qui m’avait écrit après le fiasco de mon premier marathon à Long Island, en 2011 : « Il y a tellement de variables dans un marathon, que même si tu t’es parfaitement entraîné pour la distance, si les Dieux du marathon ne sont pas avec toi ce jour là, ta course peut être un désastre ».

Le jour J, sans vent, je me dis donc « c’est bon, les Dieux sont avec moi !! »

Il faut aussi reconnaître que pour mon premier marathon l’an passé, je n’avais suivi aucune préparation spécifique pour courir cette distance et je m’étais prise une monstrueuse claque dans la figure, finissant tant bien que mal en un peu moins de 4h.

Cette année donc, j’avais contacté notre Coach Olivier Gaillard vers la fin de l’été, qui m’avait concocté un bon petit plan avec pour objectif 3h30. Au départ j’appréhendais un peu le coté très structuré des entraînements et Olivier m’avait assuré que j’en aurai, je cite « plein les pattes au bout de quelques semaines ».

La prépa se passe en fait très bien et étonnement, je prends goût au coté studieux des séances planifiées. J’ignore quand même pas mal les allures indiquées sur mon plan et donc nage rapidement dans le flou par rapport à la fameuse « allure marathon ».

Je finis par courir le Semi Marathon de Vincennes qui me donne une idée plus claire du temps que je peux viser sur le marathon. L’objectif est maintenant de courir mon marathon en 3h10, selon les conseils du Coach.

Le Jour J je commence ma course en sas préférentiel, pour la première fois de ma vie. On doit être 5-6 filles au physique vaguement ‘normal’, deux ou trois élites d’Angleterre et Australie, et 3 ou 4 demi Déesses éthiopiennes et kenyanes.

Le départ est donné mais au bout de moins d’un km, le groupe des femmes et vétéran homme rejoint la foule des coureurs qui sont partis d’un autre point, pour la course de 10km. Marée humaine : bonjour!

J’avais changé les paramètres de ma montre GPS pour qu’elle soit en minute par kilomètre et non pas mon habituel minute par mile, et pendant les 5 premiers km, je fais joujou avec sans trop arriver à la lire. Pas grave, je pars doucement sur les 5 premiers kilomètres, comme le Coach me l’avait répété mille fois. Au bout du kilomètre 5, je finis par lire ma montre correctement. Les 4mn30 au kilo commencent à bien me saouler, j’augmente l’allure à 4.20/4.22 et reste là-dessus pendant les trois-quarts de la course.

img419.jpg

 
Les gens aux ravitos sont hyper sympas, toujours étonnés de me voir m’arrêter quelques secondes pour siroter mon verre d’eau. Et oui je suis un peu handicapée quand je cours et boire et courir en même temps, ça me dépasse totalement.

J’entame mon premier gel au km 15, mais surprise, surprise, j’ai le niveau de coordination d’un nouveau-né et je m’en fiche absolument partout. Deux kilomètres plus loin, mon beau maillot des Etoiles ressemble à une aquarelle. J’essaie de me nettoyer comme je peux, car mince j’ai ma dignité, et pour la première fois de ma vie, mes parents sont venus me voir courir et ne vont pas me rater avec l’appareil photo.

Le temps est vraiment clément, à part quelques gouttes d’eau ici et là et l’ambiance est GE-NIALE !!! Je maintiens mon allure assez facilement, malgré quelques faux plats. Je cours les 30/35 premiers kilomètres avec une certaine euphorie même, tout en sachant qu’à un moment donné, les choses vont se compliquer un peu.

Un bon coup de fatigue me tombe dessus au kilomètre 35, lorsque j’arrive à nouveau dans le quartier du vieux port. Nous avons une boucle de 5km avant l’arrivée où il y a relativement peu de monde, et c’est là que j’ai commencé à en avoir marre. Mon allure générale commence à baisser ce qui m’ennuie royalement mais j’ai l’impression de courir sans fuel à ce moment là, et de simplement vouloir terminer. J’ai encore de la force pour encourager les pauvres gars qui doivent s’arrêter sur le coté de la route, si près de l’arrivée. Je me dis que ce n’est pas si mal, au moins, d’avoir un bon mental même si les jambes avancent nettement moins vite !

Le dernier kilomètre passe super vite, un tournant et boom, on y est ! Quand je vois l’arrivée me tomber dessus si vite, je ne peux pas m’empêcher de sourire et de savourer ce moment. Ok, j’ai perdu 3 minutes dans le ‘no man’s land’ des 5 derniers kilomètres, j’aurais vraiment pu prendre un peu plus de gel et je ne battrai pas le temps de Hassan de 3h04, mais mes 4.26 sur la montre en allure générale, et mes 3h07'23 en passant la ligne d’arrivée, ça me fait quand même *super* plaisir !!

En rentrant à l’appart après la course, je me rends compte que j’ai deux tonnes de messages sur mon portable provenant du Coach et de membres du club, qui m’ont suivie tout le long de la course. Ca me fait chaud au cœur de voir que dans un sens, je n’étais jamais seule !

img420.jpg 
C’est d’ailleurs Olivier qui m’annoncé que je suis 10eme au scratch, 8eme SEF et que j’ai intérêt d’aller chercher mes 400 euros de prime !!

Au final je suis donc ravie de mon second marathon, qui m’a permis d’améliorer mon temps d’environ 50mn sur cette distance! J’ai appris plusieurs choses qui me serviront pour le marathon de Paris en Avril 2013 et j’ai déjà hâte d’en découdre à nouveau avec la distance !!

Un grand merci à Olivier pour sa super prépa qui m’a permis de progresser rapidement et à tous ceux du club pour la quantité incroyable d’encouragements, mots gentils et conseils avisés que j’ai reçus ! 

img422.jpg img421.jpg

 
Coralie 

 

Gaétan : Le MARATHON, une course comme les autres...C'est ce que je me suis répété au départ.

Départ qui se fait un peu derrière, en cause : l'absence de dossard préférentiel (ancien chrono trop vieux!). Ca me permet d'effectuer un départ tranquille. Bien dans les jambes je passe le km 5 en 20min36s.

Là je tombe sur 2 coureurs, Patrick et Eric (Odlo Rennes): ' vous etes sur combien? 2h50.Ok, Je peux vous suivre? Pas de problème me dit Eric qui suit Patrick dont j'apprend qu'il sert de lièvre puisqu'il a couru il y a 3 semaines en 2h43 et que son record est en 2h20...bref, je les suis, enfin surtout Eric car Patrick fait le yoyo...visiblement très à son aise!

Km 10...40min44s et mon gel qui tombe par terre,comme dit Patrick 'une flèchette de perdue'...tant pis j'en ai deux autres et j'improviserai avec du sucre.km 20...1h20min36s...Eric me dit qu'il trouve que mon souffle s'est accéléré...normal, on tourne en moins de 4 au km !

img423.jpg
                                                         
Ceci dit il a raison je le laisse partir en lui souhaitant bonne chance et je ralentis Km 25...1h41min09s je me sens bien et attend le km 30,qui arrive après 2h02min25s...sensations un peu moins bonnes mais c'est normal, j'arrive à maintenir tout de même à maintenir le cap et commencer à doubler les premiers morts vivants.

Km 35...2h23min52s,ca va beaucoup moins bien aller après !  En effet au moment de doubler un concurrent je ressent une crampe au mollet droit, me stoppant net dans mon élan. Je dois alors baisser le rythme nettement et même laisser filer ce coureur! Donc 5km plus long que les autres.........longs...........trop longs.....très long.........enfin le km 40...2h46min36s. Juste ensuite, j'entends le commentateur 'et voilà Eric de Rennes qui en termine en 2h50'... Bravo Eric...bien emmené par Patrick!...

Pour moi le seul hic (!) c'est que j'ai toujours ces sensations de crampes pour me rappeler qu'à la moindre accélération ou pas de travers, je serais stoppé. Ce qui arriva évidemment à...roulement de tambour...5m de la ligne, après une bonne séance de pavés!  Je termine alors comme je peux en mode jambe de bois en...2h56min44s. PERSONAL WORLD RECORD !

 Conclusion: Le MARATHON n'est pas une course comme les autres !

 Gaétan

img424.jpg


06 décembre 2012

01/12/2012 Arnaud,François et Rémi à la SaintéLyon !

Nos nouvelles recrues des Etoiles du 8  font déja des exploits !! Arnaud et François en individuels et Rémi relayeur dans une équipe de 3 ont parcouru 70km dans le froid, de nuit et en grande partie en nature entre St Etienne et Lyon. 

Bravo à nos nouvelles Etoiles pleines d'avenir !! 

Arnaud et François 

Trois illuminés sur une course bien givrée !

Pris un peu sur un coup de tête, nous avons décidé de nous inscrire à la SaintéLyon en septembre. Étant Lyonnais j'ai depuis mon plus jeune âge entendu parler de cette course.

img439.jpg

Nous voilà arrivés à Lyon puis à St Etienne pour le départ de la course. François et moi sur le 70kms solo et 3 autres amis en relais à 3.

Nous avions décidé de rester au maximum ensemble avec François. Tous les entraînements et les courses déjà effectués ensemble nous ont prouvé que nous avions le même niveau.

Les premiers kilomètres sont rapides. Malgré le froid, Les sensations sont bonnes. Les 7 premiers kms de plat sont vite terminés et commence alors la montée. Les premières difficultés apparaissent ; route verglacée, chemins enneigés...

La course s'annonce dure. Elle le sera. Pendant 20kms nous progressons à un rythme élevé dans la neige. Nous tâchons de rester bien sur le seul chemin praticable et « damé » du sentier. De chaque côté nous avons facilement 30cm de poudreuse… Nous avons de bonnes sensations, même si je crains de ne m'être pas assez couvert lorsque nous passons sur les crêtes enneigées et exposées au vent. Le froid est tel que l’eau de mon kamelback a gelé peu après le départ. Il faudra faire sans pendant toute la course. Heureusement que François a réussi à garder au chaud son eau. Il y aura laissé ces gants dans l’affaire cependant.

Kilomètre 20, kilomètre 30, tout se passe parfaitement pour le moment. Nous prenons le temps de nous ravitailler. Dès que nous sortons des ravitos, nous sommes totalement congelés. Le plan se déroule bien et nous sommes sur les bases de 7h. Peut-être un peu trop rapide. Nous sortons maintenant des chemins enneigés, mais ce qui attend est pire. Le verglas. Plusieurs chutes à mettre à notre actif dont on se serait bien passées... Nous repartons à chaque fois, un peu énervés et secoués.

A partir du km 40, la course se durcit vraiment pour moi. Les jambes deviennent dures, le crâne me semble congelé par le froid, le manque d'eau se fait sentir. Rien ne s'arrange lorsqu'en suivant un traileur nous faisons 1km de trop en nous trompant de chemin. Psychologiquement c'est dur et il faut se remettre dedans rapidement. Les pensées ne doivent pas divaguer. Rester concentrés et motivés sera notre grande force. Le fait de courir tous les 2 est absolument génial. On se motive, on se "tire", on s'entraide. Ça sera comme ça jusqu'à la ligne d'arrivée.

img440.jpg

A 22kms de l'arrivée, lors de la prise de relais du dernier relayeur de notre groupe d'amis, nous ne faisons déposer par Rémi. Nous le reverrons qu'à Lyon... Il fait un peu moins froid maintenant, mais le terrain est très boueux. Nous tentons au début d’éviter les grandes « flaques » de boue mais c’est un bel échec !

N’étant plus dans le tempo pour arriver avant 7h à Lyon, nous voulons terminer en moins de 7h30. Nous prenons donc presque 10 minutes au dernier ravitaillement à 10kms de la ligne d’arrivée, pour reprendre des forces pour la fin qui est difficile et interminable.

Les derniers kilomètres sur les quais de Saône puis du Rhône nous paraissent infinis, mais nous gardons un rythme relativement élevé (12.5km/h). Ces derniers kms sont tout au mental, le corps nous faisant mal un peu de partout. Pas sûr que j’aurais terminé en courant (aussi vite) si François n’étais pas là ! Nous arrivons finalement ensemble dans la Palais des Sports de Gerland. La sensation est énorme. Je stoppe ma montre : 7h28 ! On l’a fait ! Quel bonheur.

Nous retrouvons Rémi et ses deux coéquipiers qui sont déjà arrivé il y a 40 minutes… Superbe performance d’eux aussi.

Nous nous classons donc 144e et 145e de la course sur 6000 partants en solo. C’est aussi ma dernière course en tant qu’espoir. Je termine par une 3e place espoir sur cette SaintéLyon.

Merci à tout le club pour vos encouragements et vos félicitations ! 

Arnaud et François

img441.jpg


Rémi: Voici un petit récit pour donner un point de vue d’une SaintéLyon en relais, notamment à travers mon regard, dernier relayeur de mon équipe.

Minuit : Ca y est, nos amis François et Arnaud sont partis, ainsi que notre 1er relayeur, un habitué de la course (3 courses solo à son actif). Il part pour une distance de 19km que nous estimons à une durée de 2h environ. En blouson, il fait très froid, et nous nous demandons avec Nicolas (le 2ème relayeur) comment font-ils pour tenir avec seulement deux ou trois couches !! Sur ce, nous nous déplaçons vers notre premier point de relais sans tarder.

2h : Nicolas est désormais fin prêt à parcourir ses 28 km, il fait -4°C et il y a un vent à décorner les bœufs. Le relais se passe sans encombre, néanmoins nous nous rendons compte que notre premier relayeur s’est ouvert le front en glissant sur une plaque de verglas. Un bel œuf sur le crane mais rien de grave. Nous nous dirigeons tranquillement vers notre deuxième relais. Pour ma part, je suis frigorifié de la tête au pied malgré les 4 couches que je portais, et la fatigue n’arrange rien. Je n’ose pas m’endormir, de peur d’être encore plus gelé et engourdi qu’auparavant.

4h : Nous recevons un appel de Nicolas, nous nous attendons au pire (blessure, coup de pompe). Heureusement, il nous dit que tout va bien et qu’il lui reste une dizaine de km à parcourir. Dans quelques minutes, il va être temps pour moi de me préparer.

5h : Nicolas arrive, épuisé par son relais très technique, et nous sommes dans les temps pour battre notre objectif de temps qui était de 7h. En partant pour mes 23km, je croise Arnaud et François qui sortent du ravitaillement, je reste un petit peu, je les encourage de vive voix, et je pars sur les chapeaux de roue. Dans ma tête je me dis que je dois faire le meilleur temps possible, et que je donnerai tout. Les descentes dans les chemins caillouteux et boueux me donnent peur pour mes chevilles (tendances aux entorses). Je ne ralentis pas pour autant, je me concentre au maximum sur ce que je vois avec ma frontale.

Les km s’enchainent et je me mets à suivre un premier lièvre, qui me distance quand nous arrivons sur les routes. A un moment j’aperçois la montée de Beaunant, je me dis que pour une course en relais, la gravir en courant n’est pas en option. Je réussis mon défi, mes tendons me font mal mais je suis content quand je me rends compte qu’il me reste du souffle et du cœur pour l’arrivée sur Lyon. Je me trouve un second lièvre, et je me surpasse pour le passer et le semer à 4 km de l’arrivée. Ma respiration devient saccadée, le parcours le long du fleuve me semble interminable !!

Je passe sous la ligne d’arrivée, je regarde ma montre : 1h50 !! (12.5 Km/h en moyenne), ce qui nous mène à un temps total de 6h50, le 26ème temps / 226 équipes en trio, une belle performance qui nous donne le sentiment du devoir accompli.

                                                                           Rémi 

                                                img442.jpg


09 décembre 2012

08/12/2012 Corrida de Saint-Germain-en-Laye

 La fièvre du samedi soir pour les Etoiles !! 

img435.jpg
Le Championnat des Etoiles a tenu toutes ses promesses à Saint-Germain en Laye ! Une belle prestation de nos 28 courageux ! Malgré le froid ,deux podiums: Coralie et Yannick , les deux Vincent dans le Top 10 et une dizaine de records personnels battus. Un parcours en 3 boucles très roulant , idéal pour les chronos et ce n'est pas banal de courir à 20h30 un samedi soir! 

Bonne organisation pour une course à taille humaine (seulement 600 coureurs), des bénévoles très sympas,vestiaires, douches et consignes très pratiques à deux pas du départ et de l'arrivée.  

img437.jpg img436.jpg

Etant donné la température plutôt glaciale, nous n'avons pas trop trainés après les podiums pour terminer notre soirée au restaurant sur la place où avait eu lieu l'arrivée.

On a été le casse tête du serveur avec une bonne vingtaine d' Etoiles affammées (et assoiffées...)  mais il s'en est magistralement sorti :-) 

img438.jpg


23 décembre 2012

16/12/2012 Etoiles et Pères Noel à Issy les Moulineaux

Les Etoiles du 8 étaient moins nombreux en 2012 que les années précédentes puisque le choix de l'association s'était porté sur ST-Germain mais nous avons quand même brillé par notre présence avec encore 2 podiums (et encore pour les filles !) Coralie sur le 5km et Marie-Amélie sur la course de 10km. 

Pour les chronos réalisés sur le 10km il, faut tenir compte du parcours difficile avec cette côte à monter 2 fois et davantage de virages à angles droit dans la nouveau tracé . 

Charles, Olivier Le Bescond et Yves étaient en reprise après des périodes d'arret pour cause de blessure. 

img446.jpg
Bravo aux Etoiles, et merci beaucoup pour les encouragements de nos coureurs et votre efficacité sur la distribution des flyers pour les foulées du 8e( Delphine et Coralie imbattables

 

Sans oublier les quelques Etoiles cachées derriere ces tenues de Pere Noel

img447.jpg

Mais il faudra encore attendre pour les cadeaux



31 décembre 2012

 

30/12/2012 Corrida Internationale de Houilles

2012, une dernière pour la route !!

 

img443.jpg 

Le traditionnel rendez vous du dernier dimanche de l'année s'est déroulé sous un climat très doux, ce qui est rare et anormal pour les scientifiques, mais bon, depuis les prédictions mayas on ne s'étonne plus de rien 

 

C'était la 41e édition et toujours gratuite ! (sauf sur place mais inscription reversée à une association caritative) et toujours un nombre impressionnant de spectateurs dans les rues empruntant les 2 ou 3 boucles avec une cote à chaque passage ( mais moins raide qu'a Issy !) et de nombreux virages.  

 

Bravo aux quelques Etoiles du 8 qui ont pris leur courage à "deux jambes" dans cette période plus festive que sportive pour courir le 6km900 ou le très relevé 10 KM avec de nombreux coureurs kenyans (entre autres) et du haut niveau : 20 coureurs sous les 30' !

 

Félicitations à Réjane pour son retour en forme et sa 3e place sur 6km900 !

 

Merci à ceux qui étaient présents pour les encouragements, les photos et l'aide sur la distribution des flyers !

 

img445.jpg img444.jpg

Dominic