CONNEXION

09 mars 2013

03/03/2013 En mars les Etoiles se surpassent !

 Anne au Semi de la Grande-Motte 

Dimanche matin 8h30, arrivée à la Grande Motte pour le semi-marathon.

Pour la première fois, mes parents seront de la partie. Le départ est prévu à 10h30 et il fait 3 degrés alors direct au café. Je vise 1h45, ce qui correspond à mon entrainement marathon, mais suis légèrement pessimiste compte tenu de mes excès de la semaine précédente.

A 10h10 et après un échauffement de 15 minutes, je rejoins le sas de départ.

10h30, le départ est donné.

Je passe le 1er km en 4’30 et me dit qu’il va falloir que je ralentisse si je veux tenir la cadence.

Au km 2, je récupère un coureur qui, lui, vise 1h38, bien loin, donc, de mon objectif mais est prêt à faire les 10 premiers km de la course. Je le suis donc péniblement.

Au ravitaillement du 10, je le perds. Il fait déjà bien chaud et je vais attaquer une ligne droite le long de la mer qui fait 5 km et qu’il faudra réemprunter en retour.

Psychologiquement c’est assez difficile. De plus, pas de bouteille d’eau aux différents ravitaillements, seulement des demi-verres d’eau et ça sera le point noir de la course!!

Au km 11, je récupère un autre coureur qui, lui, ne vise aucun temps mais dont la foulée correspond parfaitement à la mienne. C’est un habitué de cette course. Il va me coacher jusqu’au km 18.

Au km 18, je regarde mon temps (environ 1h25). Jusqu’à présent, j’avais tout fait au feeling. Ni super bien, ni super mal. Toujours un peu à la limite du sur régime !

Il me reste donc 3 km et je sais que je peux passer en dessous des 1h40. J’ai pourtant du mal à accélérer et je fais les 3 derniers km dans la douleur.

Je passe la ligne d’arrivée en1h37'45 en sprint, grâce au public, et grille, sur le fil, 5 ou 6 coureurs.

 Là, je jubile !!!

Je suis vraiment, mais vraiment super, méga contente !!  

Anne 

img482.jpg


Benoit au semi-marathon de Saint-Gilles (Bretagne) 

img483.jpg

Ayant prévu depuis longtemps un week-end en famille en Bretagne et le plan Marathon programmant un semi ce même week-end, je trouve finalement une course, près de Rennes, à Saint Gilles.

Après un diner (trop) arrosé la veille, et un voyage en voiture le matin, je me retrouve sur la ligne de départ avec près de 700 coureurs (la plus part breton et courant en club) .

3 degrés, du vent, peu de temps pour s’échauffer, et étudier le parcours (deux boucles)….

A peine parti, et je sens beaucoup de bretons près de moi, très motivés

Premier kilomètre tranquille, mais déjà je vois une cote se profiler, et m’aperçois très vite que le relief va me compliquer la tâche .

Au 3e km nous quittons cette route extrêmement vallonnée pour traverser la campagne bretonne et sa foret. Les chemins se rétrécissent, le sol en terre laisse apparaître de nombreuses racines, et le sol en terre et ardoise pillés devient de plus en plus souple .

A partir du 7e km je vois le meneur d'allure de 1h30 s’éloigner progressivement, et commence à penser que mon objectif d’environ 1h32 sera dur à tenir. Cela se vérifie entre le 12e et 14e km où je commence un peu à fatiguer et être lassé des montées et descentes.Il est de plus en plus dur de relancer dans les nombreux et très rudes virages spécialement en montée…

Malgré tout l’ambiance et super sympa, beaucoup de supporters bretons encouragent les coureurs locaux. Nous traversons même une ferme et passons tout près de plusieurs porcheries…L’odeur est très différentes du périphérique, mais bon, plutôt sympa, cela sent la campagne et dégage bien le nez… 

Au passage de la première porcherie, mon voisin de course, visiblement pas breton et donc pas habitué à ces odeurs, m’a un court moment regardé pensant que ces étranges odeurs pouvez venir de moi …. J’ai du lui expliquer la proximité des porcheries (visiblement il m’a cru…)  

Du 15e au 20e km je me suis senti bien, pouvant soutenir l’allure, mais malheureusement pas assez pour rattraper le groupe devant moi.

Durant le dernier kilomètre, l’odeur de la saucisse provenant de la ligne d’arrivée m’a donné envie d’accélérer et de sprinter dans les 200 derniers mètres en doublant quelques bretons

Déçu par mon temps d’1h34'43 mais j'ai passé un super moment sur ce parcours difficile mais se déroulant dans un super cadre et une belle ambiance. Vive la Bretagne !!

Benoit 

img484.jpg

27 autres Etoiles à Rueil 

Cette année encore, une belle participation des Etoiles du 8e à Rueil-Malmaison ! Nous étions presque également répartis sur les 2 courses du 10km et du semi-marathon qui partaient à 30mn d'intervalle. 

La météo était très agréable, presque printanière ce qui changeait de ces derniers jours.

La bonne idée des organisateurs a été de modifier le parcours qui évitait cette fois-ci des endroits pas très sympas des dernières éditions mais en y rajoutant une belle côte qui à surpris pas mal de coureurs et a passer 2 fois sur le semi ! Heureusement qu'il y avait une belle descente ensuite !

Sur le 10km, Réjane a encore fait sa loi !  Premiere femme avec un chrono facile à retenir de 38'38 ! 

Et deuxième bonne nouvelle : Une premiere place par équipe pour les Etoiles du 8e  Bravo la team orange 

img485.jpg  img486.jpg

Sur le Semi-Marathon, après ma malencontreuse chute a l"échauffement et un épisode infirmerie pour un point de suture, j'ai pu tout de même prendre le départ, bon pied mais pas bon oeil  malgré cela je ne m'en sors pas trop mal! 

J'avais décidé de le courir à l'allure marathon, comme j'étais bien en jambes j'ai appuyé un peu plus sur les 7 derniers kilos  pour passer quand même sous les 1h30..Je verrai plus tard dans l'année pour tenter un meilleur chrono.

Sur le semi,c'était la parité, autant de filles que de gars ! Avec la côte a passer deux fois ce n'etait pas un semi très roulant, pas si facile donc de réaliser un bon chrono. 

img487.jpg

 

C"est bon Nathalie, Axel est loin derriere

 

Félicitations à tous, aussi bien sur le 10km que sur le semi vous n'avez rien laché et pour celles et ceux qui vont courir le marathon dans un mois, c'est de bon augure !  Dominic  

img488.jpg


Et encore des Etoiles au  Semi-Marathon de Paris

Il y a des courses que l’on n’oublie pas, des moments de sport et de partage qui restent en mémoire, pour moi le semi marathon de Paris 2013 ce dimanche en fait parti !
Déjà 4 semaines que l’on s’entraine sans relâche pour être prêts lors du prochain marathon de Paris. Le semi est l’étape incoutournable dans le plan d’entrainement d’Olivier afin de savoir quel chrono espérer le jour-j. Pour le plan 3h le temps demandé est 1h24, une véritable montagne à gravir pour moi qui n’est fait que 1h26 en 2012 … la tache ne va pas être simple.

J’aime beaucoup le semi marathon de Paris, déjà il est très proche de chez moi et surtout il tombe toujours aux alentours de mon anniversaire, deux très bons prétextes pour fêter ca entre amis et refaire la course une coupe de champagne à la main ! Cette année le soleil était même au rendez vous ! Toutes les conditions étaient donc réunies pour faire la plus belle des courses !!

9h20 dimanche matin : Rendez vous avec les amis de la Runnosphere et d’autres clubs afin de faire la traditionnelle photo de famille tout le monde à le sourire et le froid matinal se fait vite.

Après l’échauffement, Daniella, Nicolas, Sébastien, François, Arnaud, Remi rejoignons Matthieu et Yannick dans le sas préférentiel, il y a déjà beaucoup de monde et ca va jouer des coudes dès le départ.

img489.jpg

J’opte pour la sécurité et je partirai prudemment aux cotés de ma binôme d’entrainement Daniella en 4 minutes par kilomètre.

Le départ est lancé et très vite les coureurs arrivent de toutes parts, grâce au maillot orange visible de loin je

garde un visuel avec Daniella, tous les autres sont déjà loin ! Je me sens bien, les kilomètres défilent avec une facilité déconcertante, surtout ne pas aller trop vite ! Nous respectons sans peine les 15km/h, tout va bien ! A l’approche de la porte dorée, Benjamin Papillon nous double à une vitesse folle, parti dans le sas 1h35 il ne fait qu’une bouchée de tous les coureurs proches de lui.

Au 8eme kilomètre se profile la première difficulté du parcours avec la rue Taine ; Daniella qui pourtant souffre d’une contracture depuis le début de l’échauffement ne montre pas le moindre signe de fatigue et tient le rythme sans problème.

Dans cette montée nous sommes encouragés comme jamais par Blandine et Mahmoud, ca me donne encore plus de force pour la suite ! Pour l’instant tout va bien, les kilomètres défilent avec constance, nous sommes réglés comme du papier à musique ! Quel plaisir d’être encouragé par Dominique vers le 10eme kilomètre, par Gaël à l’approche de la Mairie de Paris, par Coralie à Bastille (j’aurai aimé qu’elle puisse partager cette superbe course avec nous, reviens nous vite !!), et enfin par le clan Savignoni sur le retour vers la Porte dorée, merci vos encouragements m'ont étés très utiles !!

Au 17eme kilomètre, c’est plus dur, la montée vers la Porte dorée entame notre allure si bien réglée; Daniella souffre de plus en plus de sa contracture et me dit qu’elle ne pourra pas accélérer dans les derniers kilomètres, de mon coté j’ai encore la forme, j’accélère progressivement en espérant que ma binôme ne m’en voudra pas trop !

Je laisse toute mon énergie sur le parcours (merci Greg Runner pour tes mots d’encouragements au 19eme kilomètre, courage pour le PRT 2013), j’essaie tout de même de garder quelques forces pour l’arrivée ; malheureusement pas assez pour revenir sur Philippe Albinet sur la ligne d’arrivée. Bravo Philippe !!

img490.jpg

Au final :
1h22'57  j’améliore très nettement mon précédent chrono sur semi marathon, je suis certain que sans sa contracture Daniella n’aurait eu aucun problème pour me tenir dans les derniers kilomètres, un Enorme Bravo pour ton premier semi marathon et merci pour les entrainements au stade, c’est un vrai plaisir de s’entrainer à tes cotés, tu vas faire des étincelles le 07/04 !! 

Un Bravo tout particulier à mon frère Baptiste pour son chrono de dimanche, tu vas voir, le marathon c’est encore autre chose, mais je suis sur que tu vas adorer et que tu t’en rappelleras.

Pour finir mon Grand récit je voulais tous vous remercier d’être venus partager une part de gâteau à Vincennes pour notre anniversaire, pour certain d’avoir traversé tout Paris depuis Rueil exprès pour être avec nous ! 

Un Enorme merci pour ce superbe cadeau d’anniversaire et surtout pour votre présence dimanche.

img491.jpg

Merci les amis, vous êtes formidables ! Adrien



23 mars 2013

17/03/2013 10km d'Aubergenville

Bravo aux 5 Etoiles qui ont couru à Aubergenville dont 4 véterans..Les papys toujours jeunes  !

Parcours plat, météo agréable, je devais y être mais une douleur à la cuisse suite a un choc m'y a empéché, c'est finit depuis heureusement..dommage j'aurai bien aimé etre avec mes fidèles compagnons d'entrainement !

Beau retour en forme  de Yves , le V2 made in Bretagne annonce la couleur " toujours orange"  pour 2013 

Dominic 

img504.jpg

img503.jpg

img505.jpg


26 mars 2013

16/03/2013 Ecotrail30 Promenade de santé pour Emmanuelle et Olivier

img495.jpg 
Emmanuelle : Ecotrail 2013: cette année je suis sur le 30 km, dernière sortie longue avant le marathon de Paris. Objectif n°1: ne pas se blesser, prudence avant tout, donc. Objectif n°2: gérer les 20 premiers kilomètres sans me mettre dans le rouge, puis terminer à l'allure marathon, si possible! Objectif n°3: essayer de faire un podium comme en 2012 sur le 50 km (5 femmes sont récompensées).

Pas mal de monde sur zone de départ, je veux partir dans le première vague, et si possible, en tête de celle-ci. Car en trail, c'est comme en cross, on se place dès le départ, et ensuite on gère sa place (si on y arrive!).

C'est parti! Dès les premiers 50 mètres je réalise que j'ai ENCORE fait l'erreur d'utiliser du matériel sans l'avoir testé. L'an dernier j'avais galéré pour attraper mes barres à l'arrière de mon sac. Cette année, donc, on ne m'y reprendra plus, j'ai tout à portée de main dans une pochette ventrale...qui se balancera sur ma hanche pendant 20 km!! Je l'ai détestée, je me suis détestée, j'ai couru avec le bras droit collé au buste pour retenir cette fichue pochette...

img496.jpg

Petite surprise vers le 8ème kilomètre: un groupe très conséquent de coureurs arrive de nulle part, à vive allure! A tel point que je pense que c'est le 50 km qui nous rejoint sur le parcours. Lors d'un croisement juste avant, on m'avait dit que j'étais la 4ème fille. Mais le 'troupeau' qui surgit est plein de filles que je vois passer devant moi sans rien pouvoir y faire!!

C'est un groupe qui s'est perdu et a coupé le parcours. Je relativise. L'Ecotrail n'est pas mon objectif, tant pis pour le podium, je laisse tomber. Au croisement suivant, un bénévole m'annonce que je suis 10ème féminine! C'est foutu.

Je décide de profiter au maximum de cette course que j'affectionne particulièrement. Mi-trail, mi-route, une ambiance très sympa au sein du peloton, un parcours agréable sans trop de dénivelé (ma bête noire...).

Le terrain est gras et je suis contente d'avoir mis mes pneus à crans! Les 10 derniers kilomètres se feront sur le bitume, et mon assistante de compétition Brinouille, m'attend au ravitaillement de Saint-Cloud pour un changement de pneumatiques. Je vais pouvoir dérouler tranquilos, et confortablement mon allure marathon.

img497.jpg

Enfin, le ravitaillement! Je suis excitée comme une puce! J'ai réussi à remonter quelques filles, et je ne veux pas lâcher le morceau car je pense que c'est encore jouable pour le podium (eh oui, j'ai changé d'avis entretemps, j'ai décidé de ne pas me laisser faire, non mais!). Un changement de pneumatiques digne d'un Koh Lanta: la pauvre Sabrina voit surgir un boulet de canon survolté qui lui annonce qu'il faut détacher la pochette (la fameuse), qui entretemps avait été "stabilisée" par des noeuds faits à l'arrache en courant. Un sac de noeuds donc, à défaire, pendant que je change de chaussures. J'entends Sabrina dire "Ne pas s'énerver pour défaire les noeuds, c'est ce qu'ils disent tous à Koh Lanta!" ce qui me fera bien marrer. Mission accomplie en un temps record. Je repars illico sans remplir ma poche à eau, je ferai avec ce qu'il me reste.

Mes Adios aux pieds, je me sens renaître, voler presque! Je ne sais pas du tout où sont les autres filles, on verra en route. J'ai 10 km pour leur faire un petit coucou en les dépassant ;) Ce qui ne se fera pas attendre. Je me sens en pleine forme et dès que cela est possible, je file à 4'30 au kilo, parfois même 4'15. Mais il y a des travaux, des trottoirs étroits, des escaliers, les portions "roulantes" ne sont pas

très longues.

img498.jpg

La Tour Eiffel n'est plus très loin. J'arrive à un croisement, feu rouge pour les piétons, grrr...Le bénévole m'annonce que je suis 6ème féminine. Mon sang ne fait qu'un tour, il faut absolument que j'aille chercher cette 5ème place, et puis ça me donne une motivation pour tenir mon allure marathon! J'aperçois ma "victime" au loin, bonne nouvelle (pour moi) elle traîne un peu la patte. Ni une ni deux, je reprends ma course et quelques minutes plus tard je la dépasse sans lui laisser aucune chance, la pauvre...

Je termine ensuite mon Ecotrail 2013 en savourant les derniers kilomètres: même s'ils ne sont pas réellement "sexy" d'un point de vue environnement, je me régale.

J'aperçois Giao au dernier moment, caché derrière son appareil photo à une centaine de mètres de l'arrivée. Petite surprise très sympa!

Un tapis rouge, une Tour Eiffel en ballons très chouette, un public enthousiaste, c'est le finish. I did it, 2h37 à ma montre et une 5ème place au scratch, 2ème dans ma catégorie.

Emmanuelle

 img499.jpg

Olivier:  "La participation sur le format 30 km de cet ecotrail de Paris, s'inscrivait dans le cadre de la préparation au marathon de Paris. Un format de sortie longue idéal à 3 semaines de l'échéance, un dénivelé assez faible, et un terrain reprenant en grande partie mes terrains d'entraînement du weekend.
La stratégie était clairement définie : gérer les 20 premiers km sans jamais se mettre dans le rouge, puis terminer les 10 derniers km sur les quais à allure marathon. L'arrivée sur l'aire de départ à Meudon donne l'occasion de voir beaucoup de têtes connues, notamment des étoiles (la queue des toilettes et un point de RDV spontané parfait) : Anne-Francoise, Nathalie, Adrien, Daniella, Stephane et Séverine sont présents, avec le sourire!

Départ tranquille et sans pression, je reste volontairement en retrait pour ne pas me prendre en jeu. Un tour de l'observatoire de Meudon et nous attaquons la forêt. Devant un groupe d'une dizaine de coureur s'est déjà détaché. Je respecte mon plan de marche : appliqué dans les côtes montées en gestion (parfois en marchant sur les derniers mètres pour les plus raides), à une allure confortable autour de 3'50/km sur les parties planes, et tant bien que mal j'essaie de limiter la casse dans les quelques descentes techniques où je n'ai aucune qualité. La vigilance est de tous les instants sur la pose des appuis. Cette stratégie me permet petit à petit de faire mon petit bonhomme de chemin, et de reprendre un à un des coureurs. Je ne me soucie pour autant pas du classement et suis incapable de me situer précisément.

img500.jpg

En arrivant dans le parc de Saint Cloud, 3 coureurs sont en ligne de mire, nous sommes au 17eme km et le retour sur eux se fait assez rapidement. Alors que le ravitaillement du 20ème km se précise, on m'annonce en 3ème position. C'est la première fois que j'entends un classement et je me demande un instant si j'ai bien entendu! Sabrina m'attends au ravito pour changement de pneumatiques et voyager "plus léger" sur les quais. (Merci Brinouille!)

img501.jpg
Elle me confirme l'information. Reparti en 4ème position, nous attaquons la partie terminale : un long ruban de quais, pas spécialement esthétique. Le moment est venu de passer à l'intensité marathon : les kilos défilent entre 3'30 et 3'43 (sur les quelques zones comportant des escaliers). A la sortie du parc de l'Ile Saint Germain, un signaleur m'annonce le 2ème "trente à quarante secondes devant". En effet je l'ai vite en point de mire. Il reste alors 3 à 4 km, et la vitesse à laquelle je me rapproche autant que la fréquence à laquelle il se retourne l'air inquiet, me font penser que c'est possible.

L'allure est maintenant stabilisée à 3'30/km. A 1,5 km du but, un visage connu (Pascal V.) est là pour encourager, et force est de constater que ça booste! (merci Pascalou) Les derniers mètres de retard sont comblés assez rapidement. Derniers hectomètre aux côtés de la Dame de Fer, on déroule, et la ligne d'arrivée est franchie avec un vrai plaisir! Une belle matinée de sport, sans prise de tête et entre potes, c'est pour tout ça que nous pratiquons ce sport! Prochaine échéance le 07 avril avec tout un groupe d'Etoiles studieuses qui ont bien bossé tout l'hiver. Le compte à rebours est lancé! Olivier

img502.jpg